Techdays 2012 – Les sessions

Me voici de nouveau sur Paris pour assister à l’édition 2012 des Microsoft Techdays .
L’organisation est une fois de plus au top avec un programme de sessions  plutôt complet sur les 3 jours de l’évènement. Le terme « Tech » est peu galvaudé car le contenu des présentations est assez accessible et générique mais j’apprécie de venir au Centre des Congrès tous les ans pour accumuler des éléments, du ressenti qui peuvent orienter mon activité d’indépendant.
Trois indicateurs permettent de se forger une impression sur un sujet évoqué au cours d’une session :
L’assistance : Globalement, j’ai trouvé que la fréquentation globale était plutôt bonne, du même niveau que les années précédentes.  Le taux de remplissage d’une salle est évidement un bon signe de l’intérêt du public sur
certains sujets. Ainsi, les sessions Azure ne me semblent pas avoir eu un succès extraordinaire contrairement à celles dédiées au développement qui ont connues une fréquentation importante. Je me suis même fait « bouler »
de celle  consacrée à celle sur « .Net et Roselyn » malgré l’heure tardive.
Les intervenants :Un autre point décisif sur l’évaluation d’une session concerne la qualité des intervenants qui se répartissent fréquemment entre des speakers Microsoft et d’autres appartenant à des structures externes. Le niveau général était plutôt décevant cette année à mon avis avec un niveau de préparation et de support assez moyen. Deux intervenants sont sortis du lot avec Pierre Cauchois qui a montré une capacité d’intervention très intéressante avec des considérations personnelles bien senties au cours de la session « Développement HTML5 sur mobile ». Bref,  c’était enrichissant et anti-langue de bois.
De la même manière, l’intervention de Pierre Couzy pendant la session « Windows Azure : quoi de neuf depuis un an ? » a été plutôt surprenante avec des « scuds » sur l’interface Métro, les performances, la partie administration et j’en passe et des meilleures. C’était assez surréaliste.
Au final, j’ai trouvé les intervenants un peu désabusés, moins campés sur leurs certitudes et plus exposés aux critiques et réactions du public.
Les applaudissements : L’assistance, la qualité de la présentation et de l’échange final au moment des questions / réponses entrainent un sentiment final qui est plus ou moins confirmé par le niveau d’applaudissement qui conclut en théorie chaque séance. Il est clair que la claque a été très limitée cette année avec beaucoup de séances sans réactions particulières de la salle, quelques unes avec des applaudissements polies et seulement deux qui ont été conclues de manière enthousiastes.

Techdays 2012 – Conclusion

J’ai hésité à venir aux Techdays cette année à cause d’un planning plutôt chargé à cette période de l’année. Néanmoins, la venue de Jean-Michel m’a finalement fait changer d’avis et je ne regrette absolument pas ma visite, la pêche aux informations a été fructueuse.
Voici quelques considérations personnelles sur quelques sujets clé :
Azure a du mal a confirmer car toujours en évolution constante (- ce n’est pas encore « sec »-), mais la présence de Scott Guthrie semble être positive pour le futur.
Sharepoint et Dynamics CRM sont toujours bien positionnés avec des démonstrations sur les stands assez impressionnantes mais j’ai toujours du mal avec cette gamme de produit.
Odata semble intéressant et je pense me pencher sur le sujet dans le cadre d’un de mes prochains sujets.
Sécurité Les rappels sur les concepts de base au  cours de la session « APT » ont vraiment été utiles avec une démonstration de l’utilitaire wce (Windows Credentials Editor) assez percutante.
Windows Phone ne semble vraiment pas attirer les foules sur les stands comme l’année dernière d’ailleurs.
L’arrivée de SQL Server 2012 est plutôt discrète.
Très peu d’annonces autour de la prochaine fournée de produits estampillés « 8 ». Windows 8, Windows Server 8 et Windows Phone 8 ont fait l’objet d’un nombre très restreints d’annonces et de sessions.
Le recentrage sur HTML5 semble être définitivement acté.
Néanmoins le mot clé de ces TechDays concerne la « consumérisation » et les possibilités pour mettre à disposition des utilisateurs utilisant des devices connaissant un fort taux d’adoption (Iphone, Android, Ipad…)  les service disponibles sur les plateformes Microsoft. Et force est d’admettre que la firme de Redmond se cherche complètement sur le sujet, laissant le champ ouvert à des solutions tierces (CWR Mobile, SharePoint Office Mobile Client… et dans une moindre mesure Phone Gap).
Le potentiel offert par Kinect semble vraiment fabuleux dans un cadre professionnel. Les démonstrations d’utilisation de la techno dans le secteur médical ont permis de dépasser le stade « gadget » du dispositif pour le faire rentrer dans  des usages nouveaux. Je pense vraiment que Microsoft dispose ici d’un produit qui peut vraiment exploser dans le futur.

Wifi @ home

Notre appartement se trouve en plein centre-ville dans une zone assez dense qui comprend des logements, des magasins, des entreprises, des restaurants, l’Office de Tourisme… Un premier scan des réseaux ne montre pas moins de 32 signaux différents accessibles ! J’en profite, tel une Google Car de base, pour noter les adresses Mac, les matériels utilisés ainsi que les notions de sécurité. De même, j’ai validé le canal sur ma box pour éviter les bouchons sur des canaux saturés.

L’étape suivante consiste en une analyse précise des zones de couverture dans l’appartement avec le logiciel Heat Mapper qui permet d’enregistrer la puissance du signal ainsi que sa localisation géographique. L’objectif étant de valider la position de l’accès wifi pour qu’il émette correctement dans l’ensemble du logement. A propos de rayonnement, nous sommes vraiment cernés par les ondes ici.

(suite…)

Billet d’humeur

Je ne suis pas du genre à maugréer sur les charges qui incombent aux indépendants et autres  entrepreneurs de mon espèce. J’ai toujours payé mes cotisations RSI, URSSAF, CIPAV ainsi que les taxes liées au Trésor Public sans trop rechigner jusqu’alors. Mais le coup de la dernière CET (Contribution Economique Territoriale) qui remplace la TP (Taxe Professionnelle) a un peu de mal à passer.

L’objet de mon courroux concerne le montant à régler qui passe de 367 € à 690 € cette année ! Bigre, l’augmentation est conséquente et mérite de s’y attarder un peu.

Je suis tout d’abord allé sur le site des impôts pour tenter de trouver des exonérations. Pas de chance, je ne suis ni agriculteur, ni Corse, ni dresseur de chevaux (ou d’ânes), ni artiste lyrique, ni sportif, ni sage-femme… je suis donc effectivement redevable de la CFE (Cotisation Foncière des Entreprises – une des 2 taxes qui composent la CET). Par contre la liste des catégories exonérées est vraiment folklorique et montre une inégalité devant l’impôt assez flagrante avec certaines activités plutôt épargnées par les décideurs politiques.

Ensuite, je me suis intéressé au système de calcul du montant de la cotisation qui est fort simple, chaque commune décide d’une base d’imposition qui peut varier de 200 à 2000 euros.  Le Grand Cahors ayant décidé d’appliquer le seuil maximal, je suis donc soumis à un montant final élevé. Je n’ai pas encore réussi à trouver la répartition géographique des arbitrages des communes sur l’ensemble du territoire mais il semble que la majorité d’entre elles ont fait le même choix (sauf Paris intra-muros, je crois)

Ceci pour des raisons budgétaires évidentes car, toujours pour reprendre l’exemple de Cahors, la TP représentait auparavant 42 % des recettes globales (et 65 % des recettes fiscales). La CET ne représente désormais plus que 21 % des recettes globales (soit 39 % des recettes fiscales). Les pertes pour la commune représentent 280 000 € et seraient fixé à 500 000 € avec l’application du seuil minimum (source : La Dépêche du midi du 08/12/2012).

Mais, en continuant à examiner les règles de calcul, on s’aperçoit que la réforme de la TP ne mécontente pas tout le monde, les grosses entreprises étant les principales bénéficiaires de l’opération. En effet, des exemples relevés sur internet montrent des cas de sociétés ayant vu leur contribution passer de 780 000 € à 68 000 € ou de 157 000 € à 22 000 €. Pour finir, j’ai bien réglé le montant réclamé,  je ne suis pas allé plus loin sur l’analyse de l’autre  composante de la CET (la CVAE) mais la pilule a un peu de mal à passer cette fois-ci…

Commercialiser des thèmes sur ThemeForest

J’achète de temps en temps des thèmes html ou WordPress sur le site ThemeForest. Je trouve que le rapport qualité-prix offert est plutôt intéressant avec un système de gestion de compte performant, des templates documentés et plutôt bien suivis (hotline et update) par les auteurs.

Par contre, je me suis demandé dernièrement si le système était intéressant pour eux d’un point de vue commercial. Pour ceci, je me suis basé sur un thème (Ventura) que j’ai acheté au mois d’aout au prix de 40 $.
Il a été vendu à 768 exemplaires en 5 mois, soit un CA théorique de 18340 $ au total. L’auteur a indiqué avoir travaillé 4 mois pour réaliser le template et depuis il consacre un peu de temps pour répondre aux commentaires des acheteurs. De même, il a livré 2 updates avec des évolutions mineures dans le laps de temps.
(suite…)

DevExpress V2011 v2

J’utilise fréquemment dans mes développements internes basés utilisant des interfaces utilisateur les composants proposés par DevExpress. Le mois de novembre va voir arriver la nouvelle version « V2011 V2 » avec son lot de nouveautés qui commencent à être dévoilées progressivement par l’éditeur sur son blog (http://community.devexpress.com/blogs/).

Les évolutions sont plus ou moins importantes (multi-touch, Gantt…) ou triviales (splash screen, split presentation, onglets de couleur…) mais elles sont en général assez nombreuses et plutôt bienvenues en terme d’expérience utilisateur.
Une bonne partie des nouveautés sont déjà planifiées pour être mises en œuvre sur mes projets en cours.
WinForms Gantt Control
L’autre point que je surveille attentivement au niveau de la prochaine version concerne leur framework d’applications XAF. Je le teste depuis quelques temps et je suis plutôt convaincu de l’utilité d’un tel outil pour effectuer des développements rapides dans certains cas. Mes premiers projets en mode ASP ou Winforms sont positifs, les améliorations annoncées au niveau des performances me semblent aller dans le bon sens. Vivement la version définitive pour juger sur pièce.

Secunia PSI

J’ai reçu un mail ce matin d’une cliente qui voulait savoir si elle devait installer la dernière version de Flash Player qui est à nouveau proposée sur son écran. Je lui ai bien entendu recommandé de procéder à l’opération tout en me repensant à toutes les installations WSUS (avec SBS) qui me permettent de ne pas avoir trop à me préoccuper des MAJ Microsoft.
Par curiosité, j’ai regardé rapidement l’historique des patchs d’Adobe qui indique 17 nouvelles versions en 16 mois qui corrigent essentiellement des failles de sécurité.
Ainsi, j’ai décidé de déployer progressivement le logiciel SECUNIA PSI sur les postes de mes quelques clients locaux qui utilisent une infrastructure légère.

Ce logiciel scanne en permanence les logiciels installés sur l’ordinateur, recherche et installe tous les patches concernant la sécurité sur le PC.
D’autres solutions existent par ailleurs (Ninite Updater, Intunes…) mais le produit de Secunia correspont actuellement à mes besoins.

Calendar Analytics Tool

Calendar Analytics Tool est un outil gratuit qui permet d’effectuer des analyses sur des calendriers Outlook gérés sur Exchange (ou Office365). Il nécessite l’utilisation d’Excel 2010 et de son complément PowerPivot.
Ce programme peut-être utile pour tous les acharnés des plannings et de la gestion du temps avec des indicateurs complets permettant de suivre les projets, les ressources et autres tâches.image
Vous pouvez télécharger l’outil sur le lien http://www.microsoft.com/download/en/details.aspx?id=20898. Plus d’informations sur http://www.microsoft.com/presspass/features/2011/apr11/04-27CalendarAnalytics.mspx
Sinon, l’intérêt en tant que développeur est de comprendre les mécanismes utilisés pour exporter des données Exchange dans PowerPivot pour générer un jeu de données qui peuvent être exploitées dans Excel au travers des tableaux croisés.

(suite…)

Débloquer objectif 8mm SAMYANG sur Minolta 7D

Je viens d’acquérir un nouvel objectif pour mon vieux reflex Minolta 7D. Il s’agit d’un SAMYANG 8mm dont le rapport qualité prix semble intéressant.
image
Par contre, j’ai été bien embété au moment de shooter la permière photo car je me suis retrouvé avec le message « Pas d’objectif sur le boitier ».
image
Après avoir passé pas mal de temps à analyser le problème, j’ai compris que l’objectif ne possède pas de contacts au niveau de la bague, tout les réglages sont entièrement manuels. Dès lors, le boitier bloque par défaut le déclencheur pour éviter toute mauvaise manipulation avec un objectif mal monté.
Pour déverrouiller cette sécurité, il faut entrer dans les paramètres de l’appareil et préciser la valeur « Non » au paramètre « Ver.Déclencheur ».
image

 

Gestion d’évènement sportif avec LightSwitch et Azure

J’ai mis en place une application sous LightSwitch Beta 2 pour prendre en compte la gestion sportive d’un raid qui se déroule sur Cahors. Le Montathlon est une épreuve assez importante qui dure 2 jours avec un enchainement d’épreuves diverses (VTT, Canoe, escalade, course d’orientation..) pratiquées par un panel de concurrents très variés qui va des enfants aux cadors de la spécialité.

clip_image001

Le principe de l’outil est de permettre la création rapide de programmes (à la mode ACCESS pour simplifier) qui peuvent publiés sur AZURE (entre autres). L’objectif de ce développement étant d’offrir un mécanisme d’enregistrement facile, rapide et simplement accessible pour les bénévoles chargés de la saisie. Ceci en permettant aux différents responsables de pôles (restauration, sportif, transport…) de consulter en permanence l’état des inscriptions pour anticiper les besoins en termes d’organisation.

Le programme n’a pas été rendu accessible au public car le système d’authentification intégré est plutôt lourd à gérer. De plus, Lightswitch tourne sous Silverlight et nécessite donc le player dédié pour pouvoir fonctionner.

Au niveau des satisfactions, les performances sous Azure sont vraiment bonnes, le système de déploiement est pratique et les possibilités d’évolutions autorisent l’intégration de composants Silverlight complémentaires. Néanmoins, il manque certaines fonctionnalités comme par exemple la possibilité de générer des éditions.

Communication ACRODEV

Ma stratégie de communication passe par le maximum de supports possibles. Il y a bien entendu le web avec mon blog, twitter.., les échanges au cours de salons / séminaires, les relations avec les réseaux de développeurs… Mais je conserve, de manière classique, une plaquette que j’essaie de réactualiser tous les ans. Voici le millésime 2011 :
clip_image002
Le plan du bâtiment a été modélisé à l’aide du logiciel Sweet Home 3D qui est un vrai bijou. J’ai passé pas mal de temps avant de trouver la bonne solution (Sketchup, produits Autodesk…) qui m’offre le rendu souhaité.
clip_image004
La composition a été réalisée classiquement avec Word.

Cloud Print et Android

J’ai installé dernièrement une nouvelle imprimante laser à la maison pour que ma femme puisse imprimer directement ses recettes de cuisine depuis sa tablette Android. Pour ceci, j’ai utilisé les services « Google Cloud Print » qui sont disponibles via le navigateur « Chrome » en passant par les options avancées.

Il est alors possible de déclarer les imprimantes installées sur le PC comme accessibles depuis le cloud.

Ceci en passant par l’option « Ajouter une imprimante » qui recense les imprimantes en place. Par ailleurs, de plus en plus de modèles intégreront nativement le mode cloud dans le futur mais il est clair que les accords qui semblent se mettre en place (HP/Cisco…) ne permettent pas de croire en une standardisation rapide des protocoles d’impression. (suite…)

Crawltrack (Webmaster Dashboard)

CrawlTrack est un logiciel de suivi de site destiné aux webmasters. Ses fonctionnalités se rapprochent de « Google Analytics » avec quelques subtilités intéressantes. Il s’agit d’un produit libre et gratuit développé en PHP qui ne nécessite aucune intervention au niveau du code source et des pages du site à superviser. De plus, les données sont stockées sur son propre serveur, elles sont donc sous contrôle du webmaster.

L’affichage est moins« sexy » qu’avec « Google Analytics » mais les données remontées sont aussi importantes :
Statistiques de visites du site web, détaillant le nombre et l’origine des visiteurs (referer, mot clef utilisé, pays d’origine); les pages vues et le taux de rebond.
Statistiques de passage des robots (robot d’indexation comme GoogleBot par exemple), nombre de hit et pages vues par les robots.
Suivi de l’indexation dans les principaux moteurs de recherche (nombre de liens et nombre de pages indexées).
Enregistrement et surtout blocage de certaines tentatives de piratage (injection de code ou injection SQL).
Compteur de téléchargements.
Enregistrement du nombre et de l’origine des erreurs 404.
(suite…)

SBS2011 (Exchange 2010 SP1) et ANDROID 2.2

La création d’un compte Exchange sous Android 2.2 se solde souvent avec le message d’erreur suivant.

Cela est variable selon les matériels mais j’ai eu le cas aujourd’hui sur ma tablette Archos suite à la migration de mon SBS2008 en version 2011.
La solution à appliquer alors est la suivante. Sur SBS2011 (ou Exchange 2010 SP1), choisir « Gérer le téléphone mobile » sur chacune des BAL qui posent problème.

Cliquer ensuite sur « Supprimer » (attention, plusieurs partenariats peuvent exister)

Lancer dans le « Exchange Management Shell » la commande qui supprime la stratégie de boîte aux lettres Exchange ActiveSync Default.
Remove-ActiveSyncMailboxPolicy -Identity « Default »
(suite…)